Facebook Twitter Instagram

Come to your senses Magazine

Un savoir-faire

Quel chêne pour loger l’Armagnac ?

Les fûts de chêne confèrent à chaque Armagnac une partie de sa personnalité, sa couleur, sa douceur et ses arômes. Du chêne gascon, bien entendu ! Cependant, saviez-vous qu’il existait une grande variété de chênes ? La sélection du chêne par le tonnelier est un moment déterminant dans l’élaboration de l’Armagnac.

 

Variétés de Chênes

Venu de l’autre côté des Pyrénées après la seconde glaciation, le chêne s’installe en Armagnac essentiellement sous cinq espèces : le chêne pédonculé, au tronc tourmenté, porte des glands allongés au bout d’un long pédoncule ; le chêne sessile, au tronc plus droit, porte des glands en forme d’œufs directement sur le rameau ; le chêne tauzin, reconnaissable à ses feuilles très découpées, duveteuses sur le dessous ; le chêne pubescent, dit aussi chêne truffier, qui conserve ses feuilles sèches en hiver ; le chêne-liège, qui permet la fabrication des bouchons.

En Armagnac, le cahier des charges prévoit que seuls les chênes pédonculés et sessiles ou tous croisements soient autorisés dans la tonnellerie. Toutefois, les chênes les plus employés restent les pédonculés. Ils produisent un bois à gros grains, libérant plus facilement les tanins adaptés à la puissance de l’eau-de-vie. Les chênes sessiles offrent un bois à grains plus fins, aux tanins moins présents et aux arômes plus marqués.

 

Sélection de l’arbre

Le choix de l’arbre est souvent le fait du tonnelier ou du merrandier (son fournisseur de « merrains », plances de bois constitutives des fûts). Ils les sélectionnent selon leur rectitude, le diamètre de leur tronc (environ 60-70 cm) et l’absence de nœud et de gélivure (défaut résultant de l'éclatement du bois sous l'action du gel). Le tonnelier évite en général les bordures sachant que le chêne y grandit trop vite et présente ainsi le risque de donner naissance à un bois peu perméable.

«  Le fût en chêne inspire la pérennité, exprime la permanence des méthodes et signifie la valeur des formes du passé dans notre modernité » souligne Eric Pothier de l’association Chênes Origine et Vins. Si le chêne gascon est privilégié en Armagnac, d’autres peuvent revêtir un rôle tout aussi important dans le vieillissement des eaux-de-vie tels que le chêne du Limousin (pédonculé) ou le chêne de l’Allier ou des Vosges (sessile).,

Plus qu’une simple histoire d’arbre, il en va de l’économie et des traditions locales. Preuve en est, les chênes gascons font souvent une haie d’honneur aux visiteurs à l’entrée des domaines. Les racines des arbres et celles des domaines s’entremêlent souvent…


Tags :