Facebook Twitter Instagram

Come to your senses Magazine

Une année au gré de la vigne

Avant d’élaborer un Armagnac, il faut élaborer un vin. Avant d’élaborer un vin, il faut cueillir et presser le raisin. Avant de cueillir et de presser le raisin, il faut s’occuper de la vigne, un travail qui s’étend sur toute une année et réclame une attention de tout instant et les égards permanents du viticulteur.

L’HIVER

Le début de l’année et la froide bise de l’hiver marquent la dormance de la vigne, période lors de laquelle la vigne se repose et la sève cesse de circuler : c’est l’occasion parfaite de s’adonner à la taille de la vigne. Car la vigne est une liane, et la taille limite sa croissance foisonnante et incontrôlée ; elle permet ainsi de réguler par avance la quantité et la qualité du raisin qui s’y épanouira.

Puis la vigne pleure : la circulation de la sève reprend…

LE PRINTEMPS

A peine les premiers bourgeons pointent-ils le bout de leur nez au cours du débourrement, que le vigneron surveille les feuillages et veille à contenir leur croissance effrénée dans les limites du palissage.

Selon les aléas de la météo, les premières fleurs de vigne apparaissent au cours de la floraison vers la mi-juin. Très vite ces fleurs fécondent et donnent naissance à la première mouture du fruit : c’est la nouaison.

C’est alors qu’intervient le rognage pour éliminer la partie haute des feuillages, ce qui améliore l’ensoleillement et l’aération des grappes de raisin.

 

L’ETE

Avec l’été qui fait grimper le mercure du thermostat, s’amorce l’étape fondamentale de la véraison. La grappe perd sa couleur herbacée pour tendre vers des tons plus translucides tout en gagnant en volume et en sucre : c’est le début de la maturation. La peau se fait plus fine et l’acidité diminue : une phase primordiale, d’où l’inquiétude constante des viticulteurs à cette période qui, le nez dans le ciel, guettent attentivement les éventuels orages. Un aléa météorologique peut à lui seul réduire au néant la récolte d’une année.

Un dernier effeuillage peut-être de mise à la fin de la maturation pour permettre au raisin de profiter pleinement de son exposition au soleil.

 

L’AUTOMNE

A l’aube de l’automne, les vendanges sonnent l’étape la plus marquante du cycle de la vigne. Environ cent jours après la floraison, le raisin est coupé. Les vendanges peuvent être manuelles ou mécaniques – les vendanges mécaniques présentant l’avantage de pouvoir se dérouler la nuit lorsque le raisin est plus frais, ce qui permet d’en tirer des jus plus clairs et plus propres à être distillés.

Au terme de cette aventure annuelle et alors que l’hiver tombe de nouveau sur les coteaux armagnaçais, la vigne voit ses feuilles virer à l’orange avant de délicatement choir sur le sol. Il est temps pour elle d’enfin se reposer des efforts fournis toute l’année durant… avant de recommencer de plus belle.


Tags :